TAGS 2018 (MAY 8 - 9, 2018) is brought to you by Downtown Moncton Centre-ville Inc. (DMCI) and will take place at Crowne Plaza Moncton. DMCI is committed to creating an attractive place for investors while building a vibrant and inviting atmosphere for tourists and citizens alike. DMCI is a private, non-profit organization serving the interests of building and business owners in the downtown core while fostering a positive environment for individuals to work, shop, play, live, and invest. TAGS 2018 will be an excellent opportunity to share innovative ideas and success stories while learning from some of the best from around the world. Other reasons for attending TAGS 2018 include:

Graffiti as a Social Problem: Graffiti is a growing problem - growing both in the number of incidents and in that it leads to other anti-social and violent behaviours. Police statistics support this and indicate that the majority of Taggers are often younger adults with serious behavioural problems. Even more troubling is that Graffiti is considered a 'gateway' crime as it generally tends to lead to other, more serious crimes. From a community standpoint, the 'broken windows' theory outlines how the perception of disorder in an area can result in actual disorder - this is because it projects an impression that no one cares, there is contempt for the law, and the sense of social obligation is eroded. Graffiti is a major component of the 'broken windows' theory and results in urban blight because it projects an image of an uncontrolled and unsafe area and encourages additional graffiti to occur. Studies have found that one of the primary aims of a Tagger is to achieve recognition for their 'work', so the best way to prevent Graffiti is to remove it within 24-48 hours. Removal and reporting the incident to the Police reduce the chance of reoccurrence to 10%.

Impacts on Citizens, Property Values:  Graffiti hurts residents and business owners in many different ways. Areas where Graffiti is present show a general increase in crime rates and a subsequent decrease in property values. Furthermore, it fosters social withdrawal and intimidates people from walking in the area. As well, there is less sense of community, decreased use of public spaces and increased fear amongst residents. For businesses, if people don't feel safe in the area, it can also affect sales by driving potential customers to other areas where they feel safer and more comfortable.

Graffiti particularly impacts those who may have trouble removing it themselves, such as seniors or residents with reduced mobility. They are forced to arrange for a private contractor to remove it at their own cost. Until it is removed, they must live with the Graffiti which in turn encourages other Taggers to vandalize their property - creating a continuing pattern of urban blight.

The clean-up cost is significant: each year, cities such as Vancouver spend approximately $1 million to abate Graffiti and provide support to property owners. The cost nationally is estimated at $1.4 billion per year and approximately $24 billion for North America.

Success Requires a Team Approach: At TAGS participants learn about Graffiti, its impact, associated crimes, and more importantly, they have the ability to share best practices and meet critical contacts. Cities that have successfully addressed Graffiti and reduced associated quality of life crimes have gained knowledge and developed a strong network to address this problem.

 

TAGS 2018 (8 - 9 MAI 2018) est organisé par Downtown Moncton Centre-ville Inc. (DMCI) et aura lieu au Crowne Plaza Moncton. DMCI s’emploie à créer un milieu attrayant pour les investisseurs tout en faisant régner une atmosphère vivante et invitante pour les touristes et les résidants. DMCI est un organisme privé sans but lucratif qui défend les intérêts des propriétaires fonciers et des propriétaires d’entreprise du centre-ville tout en favorisant un environnement positif pour les personnes qui travaillent, magasinent, se divertissent, vivent et investissent au centre-ville. Le symposium TAGS 2018 est l’activité idéale pour échanger des idées novatrices et des histoires de réussite tout en profitant de l’expertise des meilleurs au monde dans le domaine. Autres raisons pour participer au symposium TAGS 2018 :

Les graffitis considérés comme un problème de société : il s’agit d’un problème croissant, tant au niveau du nombre d’infractions que du fait qu’il entraîne d’autres comportements violents et antisociaux. Les statistiques de la police appuient ce fait et indiquent que la majorité des graffiteurs sont souvent des jeunes adultes ayant de sérieux troubles du comportement. Il est encore plus inquiétant de voir que les graffitis sont des actes de vandalisme considérés comme « porte d’entrée » menant généralement à d’autres infractions ou crimes bien plus graves. D’un point de vue communautaire, lorsqu’il y a un problème dans un secteur, cela peut devenir un réel problème. C’est ce qu’on appelle le syndrome du « carreau cassé » où on peut avoir l’impression que personne ne s’en préoccupe, qu’il y a du mépris face à la loi et un laisser-aller au niveau du sentiment d’obligation sociale. Les graffitis sont une composante importante du syndrome du « carreau cassé », où ils entraînent la dégradation du milieu urbain parce qu’ils projettent l’image d’une secteur incontrôlé et dangereux, en plus d’encourager le problème. Les études ont démontré que les graffiteurs sont principalement à la recherche d’une reconnaissance de leur « œuvre », alors la meilleure façon de freiner la prolifération des graffitis est de les enlever rapidement, soit entre 24 et 48 heures suivant leur application. La suppression des graffitis et le signalement auprès de la police réduisent la possibilité de récidive de 10 %.

Impacts sur les résidants et la valeur des propriétés : les graffitis touchent les résidants et les propriétaires d’entreprise de diverses façons. On note une hausse générale du taux de criminalité et une baisse subséquente de la valeur des propriétés dans les secteurs où il y a des graffitis. De plus, la présence de graffitis encourage le retrait social et décourage les gens à se promener dans le secteur. On remarque également une baisse du sentiment d’appartenance à la collectivité, une réduction de l’utilisation de l’espace public et une peur accrue des résidants. Au niveau commercial, cela peut également nuire aux ventes puisque les clients éventuels seront plus enclins à se rendre dans d’autres secteurs où ils se sentent plus en sécurité et où ils sont plus à l’aise pour magasiner.

Les graffitis sont plus problématiques pour les gens qui ont de la difficulté à les enlever eux-mêmes, comme les personnes âgées ou les résidants ayant une mobilité réduite. Ces personnes doivent alors faire appel au service d’un entrepreneur privé pour supprimer les graffitis et ce service peut être coûteux. Les gens doivent alors endurer les graffitis jusqu’à ce qu’ils soient retirés, ce qui peut encourager d’autres graffiteurs à vandaliser leur propriété et ainsi créer un cycle continu de dégradation du milieu urbain.

Les coûts associés au nettoyage sont importants : tous les ans, des villes comme Vancouver consacrent près d’un million de dollars pour contrer les graffitis et fournir du soutien aux propriétaires fonciers. Au  niveau national, on estime que les coûts s’élèvent à 1,4 milliard de dollars par année et à près de 24 milliards de dollars en Amérique du Nord.

Le travail d’équipe, la clé du succès : dans le cadre du symposium TAGS, les participants peuvent en apprendre davantage sur les graffitis, leurs impacts ainsi que les infractions qui en découlent. Ils peuvent également et surtout échanger sur les meilleures pratiques et rencontrer des personnes-ressources essentielles dans le domaine. Les villes qui se sont attaquées avec succès au problème des graffitis et qui ont réduit la qualité des crimes connexes ont acquis des connaissances et développé un réseau solide leur permettant de remédier à ce problème.

This website is created and hosted by Website.com's Site Builder.